Transgenre : Réaliser son coming-out

Pas facile de dire à son entourage ce qu’on ressent, surtout lorsqu’on pense qu’il ne va pas forcément bien accueillir cette nouvelle… c’est pourquoi on parle de “réaliser son coming-out” quand on est transgenre. Mais comment en parler ? A qui ? Et comment gérer les réactions, surtout lorsqu’elles sont mauvaises ? Voici quelques pistes qui pourront peut-être vous aider.

Comment faire pour annoncer qu’on est transgenre ?

Transidentité et coming-out : une démarche très personnelle

Il n’existe pas de marche à suivre quant au coming out trans’ : vous n’avez pas d’obligation à communiquer vos préférences sur la place publique, ou de restriction légale sur les personnes à tenir au courant.

Si vous décidez cependant de faire part de votre transidentité autour de vous, vous devez être conscients des conséquences négatives possibles. Dès lors, si vous êtes à l’aise avec ces problématiques, il ne vous reste plus qu’à attendre la réaction des autres.

Un coming-out rendu difficile selon l’environnement

Parfois, le simple environnement social rend un coming-out complexe. Il peut être plus difficile de partager sa transidentité au milieu d’un internat non-mixte, par exemple. La pression sociale peut suffire à démotiver et à contraindre au silence.

Sur une échelle plus humaine, la religion est également un critère qui peut bloquer la communication et entraver un coming out. Le critère le plus important néanmoins reste la transphobie, ou même l’homophobie. Ces comportements dommageables peuvent survenir sans prévenir, et il est difficile de les prévoir chez autrui sans aborder le sujet directement.

Il peut être sage de tester le terrain et de sentir la température des gens autour de vous en abordant ces sujets sans vous mouiller. L’idée est de récolter suffisamment d’informations pour confirmer si oui ou non, vous serez bel et bien accepté – et plus globalement, en sécurité – pour faire votre propre coming out.

Annoncer sa transidentité : La technique du rentre-dedans

Bien entendu, si vous le souhaitez et que votre état vous le permet, vous pouvez directement faire du rentre-dedans et scander votre transidentité sur tous les toits. N’oubliez cependant pas que vous vous exposerez alors potentiellement à toutes les conséquences négatives, de manière brutale et simultanée.

Faire son coming-out brutalement a cependant du bon, dans le sens que cela vous permet de facilement faire du tri parmi vos connaissances, ou vos nouvelles rencontres. Libre à vous de peser le pour et le contre pour voir quels sont les facteurs bloquants dans votre situation, et quelle est la méthode d’approche qui vous convient le mieux.

Si réaliser son coming-out semble toujours positif, la mise en pratique est un sujet parfois épineux. S’ouvrir aux autres sur un sujet délicat est souvent un exercice périlleux, en particulier si l’on est sensible au regard des autres. Comment s’y prendre pour faire part de sa transidentité à son entourage ?

Pourquoi faire son coming-out en tant que transgenre ou transsexuel ? Les raisons majeures

Avant tout, pourquoi faire son coming out trans’ ? Pourquoi ne pas ignorer ce sujet de discussion avec ses proches, et vivre dans le secret, sans exposer ce que l’on est à la face du monde ? Ce genre de raisonnement est souvent un argument pour justifier son déni et ne prouve que l’importance d’être honnête avec soi-même.

Évidemment, il n’est pas pour autant vital de toujours faire part de toute sa vie à son entourage : néanmoins, il n’est pas non plus important de la cacher. Il sera bien sûr de votre ressort de définir ce que vous dites à votre entourage. Il reste considéré comme sain de parler de sa sexualité ou transidentité à son entourage, ne serait-ce que pour ne pas avoir à intérioriser ce qui peut être ressenti comme important.

Transidentité : Comment faire son coming-out ?

La bonne nouvelle est qu‘il n’existe pas de méthode unique pour faire son coming out – l’idée principale est de trouver la méthode qui conviendra le mieux à votre personnalité, à vos choix et à votre environnement. Il est pour cela important de prendre conscience des facteurs bloquants aux coming out et des cas particuliers de refus – consultez pour cela les rubriques concernées.

Annoncer sa transidentité auprès de ses proches : réussir son coming-out

Une fois que vous êtes informé sur ces points, prenez en compte la personne à qui vous voulez vous ouvrir.

Il est évidemment intéressant de commencer par informer les personnes dont vous êtes les plus proches : cela vous aidera à vous mettre à l’aise dans cette démarche. Vous pouvez par exemple présenter la chose nonchalamment, au détour d’une blague ou d’une information banale, ou au contraire annoncer cela formellement et ouvrir le dialogue sur le sujet. L’important est de pouvoir vous sentir suffisamment à l’aise pour sauter le pas.

La deuxième étape pourrait être la famille, en particulier votre partenaire si vous êtes en couple. La méthode restera la même, mais n’hésitez cependant pas à l’adapter en fonction de la personne. 

Coming-out trans’ auprès de ses enfants

Si vous avez des enfants vous-même ou dans la famille, il est généralement plus simple de leur expliquer la chose sans trop tourner autour du pot : les enfants sont généralement plus flexibles dans leur manière de raisonner et peuvent comprendre le concept de transidentité si vous leur accordez suffisamment de patience. Dans le cas des ados, qui sont eux-mêmes en pleine quête d’identité et dans une phase de leur vie où ils peuvent se montrer un peu agressifs.

Annoncer à ses collègues et amis qu’on est Transgenre ou transexuel

Enfin, face au reste du monde, vos collègues, vos connaissances et autres rencontres : libre à vous de choisir ce que vous pensez le plus adapté à chaque contexte. Vous pouvez l’annoncer quand vous vous présentez, vous pouvez ne pas le mentionner avant de vous rapprocher de la personne en question, le présenter comme une anecdote au détour d’une histoire… Votre coming out dépend principalement de vous, de vos préférences et de vos choix.

Gérer les réactions du coming-out

Les réactions à un coming out peuvent être nombreuses et variées, allant de la joie à l’incompréhension en passant quelques fois par la colère. Mais une réaction particulière et beaucoup plus difficile à cerner serait le refus pur et net. Il arrive que confrontés à un coming out, certains individus – en particulier des parents – réfutent en bloc le coming out et l’ignorent de but en blanc. Comment réagir et que penser face à ce comportement ?