Transidentité : Comment gérer une période de dépression ?

C’est un moment par lequel de nombreuses personnes transgenres sont déjà passées, la dépression. Le fait de ne pas se sentir bien dans son corps, l’incompréhension de l’entourage, le regard des autres et la critique perpétuelle sont des aspects qui peuvent faire très mal, voir même parfois détruire. Même si certain(e)s réussissent parfois à se créer une carapace et passer outre, de très nombreuses personnes transgenres finissent par s’enfermer et s’isoler. Parce-que la dépression est quelque chose de grave et qu’elle peut aller jusqu’à tuer, nous allons essayer au travers de cet article de vous aider à ne pas sombrer en cas de moment difficile. Des petits conseils qui nous l’espérons, pourront vous aider au moins un petit peu à vous sentir mieux.

Transgenre et dépression : que faire pour lutter ?

Qu’est-ce que la dépression ?

Le terme dépression a été très généralisé dans le temps. Aujourd’hui on utilise le mot dépression à tord et à travers. Pour un petit coups de blues, un déception amoureuse ou par exemple une défaite suite à une rencontre sportive, on parlera parfois de « dépression ».

Pourtant, il est important de comprendre que la dépression est bien plus forte qu’un simple petit passage triste de la vie. La dépression est une maladie mentale. Elle va affecter votre humeur de manière très générale, la façon dont vous vous sentez dans votre tête et votre corps, votre perception des autres, et vos relation avec votre environnement.

Pourquoi la dépression touche-t-elle autant les personnes transgenres?

Les personnes transgenres ne se sentent généralement pas bien dans leur corps et subissent souvent de nombreux jugements. Le regard des autres, à commencer par celui de leurs parents et de leur entourage proche peut être très pesant. C’est pourquoi les personnes transgenres et transsexuelles sont très souvent touchées par cette maladie. Elle est parfois accompagnée également de troubles bipolaires qui sont également très pénalisants au quotidien.

Comment déterminer si l’on est en dépression ?

Certains sites comme Stop Blues ont été conçu pour vous aider à percevoir si vous êtes en dépression, et donnent des ressources à ce sujet. L’idéal reste toutefois de voir un psychologue ou un médecin pour déterminer si vous êtes en dépression : ils sauront vous aiguiller mieux que quiconque. Des associations existent également comme France Dépression.

Statistiques sur la dépression en France

En règle générale sans se focaliser sur les personnes transgenres, on estime que la dépression tue près de 3 millions d’individus en France chaque année. On observe parmi ces victimes une très grande majorité de femmes. Une autre statistique met en avant le fait que 20% des français âgés de 15 à 75 ans ont déjà vécu ou vivront un jour une période de dépression dans leur vie.

Il est donc important de comprendre si vous êtes transgenre que la dépression est un fléau qui peut toucher absolument tout le monde. On sait aussi que les personnes transgenres sont davantage victimes d’agressions et de harcèlement, et commettent plus de tentatives de suicide.

Attention : Être transgenre est parfois difficile à vivre. Si vous éprouvez des envies suicidaires , appelez l’un de ces numéros d’écoute. Ou contactez le SAMU au 15 ou 112 (numéro européen). Vous n’êtes pas seul(e) et pouvez vous rapprocher de l’Association Nationale Transgenre qui vous fournira de l’aide.

Trans’ ou non, il existe différents moyens de lutter contre la dépression

  • Les antidépresseurs : Ils sont un médicament extrêmement connu et reconnu. Selon les pays, leur utilisation est plus ou moins importante. On entend parfois que la France est l’un des plus gros consommateurs d’antidépresseurs, ce qui est au final complètement faux car nous sommes à peine dans le top 30 mondial en matière de rapport nombre d’antidépresseurs/nombre d’habitants. Cette solution doit impérativement être prescrite par un médecin.
  • Les plantes : de nombreuses plantes possèdent des vertus antispasmodiques, anxiolytiques et/ou sédatives qui en font d’excellents remèdes pour lutter contre la dépression. On peut par exemple citer le millepertuis, la célèbre camomille ou encore le safran. Attention en cas de cure au millepertuis, bien que possédant de nombreuses vertus contre la dépression, cette plante risque d’annuler les effets de la pilule contraceptive… Méfiez-vous !
  • L’effort physique : que ce soit seul ou en équipe, l’activité sportive fait partie des meilleurs traitements naturels contre la dépression. L’effort physique permet d’augmenter le niveau de sérotonine et de dopamine dans le corps, et ainsi de lutter de manière très efficace contre la dépression. Si vous avez du mal à trouver la motivation, n’hésitez pas à recruter quelques amis pour aller vous dépenser en groupe. En tant que transgenre, cela vous permettra aussi d’être plus à l’aise dans votre corps.
  • Le travail sur soi-même : C’est un travail qui peut être réalisé seul(e), ou à l’aide d’un psychologue. Essayer de comprendre les raisons de la dépression, et réussir à en faire abstraction pour avancer. Réussir à faire primer les pensées positives sur les idées négatives. Ce travail sur soi est parfois long et complexe, mais il peut vous aider à sortir de la dépression sans médicament. Sortez du déni, ouvrez les yeux, et battez-vous contre vous-même afin d’en ressortir plus fort(e). Le développement personnel vous aidera dans tout votre parcours de transition.

Transgenre : que faire contre la dépression ? Qui contacter ?

La dépression est quelque chose de très courant dans notre société, mais qui l’est encore plus chez les personnes transgenres. Il existe cependant de nombreux moyens pour aller mieux, et bien qu’elle ne soit pas sans risque, la dépression peut être soignée. Cela ne se fera toutefois pas sans un accompagnement, et il est parfois nécessaire de se faire aider. Voici donc quelques ressources et numéros utiles :

Ne voyez jamais aucune honte à vous faire accompagner : nous en avons tous moment à un moment où à un autre dans notre vie. Prenez donc un moment pour appeler l’un de ces numéros, quitte à vous isoler (si vous vivez chez vos parents par exemple). La souffrance perçue en tant que personne transgenre n’a pas à être minimisée, mais elle peut être guérie. Pourquoi ne pas faire le premier pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *