Enfant transgenre : Est-ce un effet de mode ou une phase ?

Nous vivons dans un monde de mode. Que ce soit au niveau du style de vêtements, de la façon de parler, de la façon de se comporter, celle que l’on appelle « la mode » est extrêmement puissante, et peut être encore un peu plus au niveau des adolescent(e)s.

Nous avons tous connu la magnifique mode du pantalon baissé laissant transparaitre le caleçon, celle du sac à dos en dessous des fesses, ou bien encore de manière plus générale le fait d’essayer de se mettre à fumer en fin de collège ou début de lycée. En bien comme en mal, la mode est parfois plus forte que tout. Pour vous en convaincre, il vous suffit de prendre un échantillon de 10 à 15 lycéennes et de comparer leurs vêtements. Vous pouvez être certain(e) que les trois quarts seront habillées plus ou moins de la même façon.

Mais dans une société de modes, il arrive que des sujets très sérieux soient parfois pris à la légère et remis en question. C’est le cas de la transidentité. Observons tout cela ensemble.

Pour les parents qui se questionnent : la transidentité est-elle une mode ?

La transidentité est ancrée dans le cerveau, rien à voir donc avec une mode ! Nous n’allons pas rentrer ici dans les détails scientifiques à travers cet article car un autre y est déjà consacrés sur le blog. En revanche, il est important de rappeler que de nombreuses études ont prouvé que la transidentité est visible directement au niveau du cerveau des personnes transgenres.

En effet, ce mal-être et ce rejet de son propre corps peut être analysé et directement observé. Certains scientifiques affirment que des différences de fonctionnement cérébral peuvent être perçues chez une personne transgenre dès le plus jeune âge.

Attention cependant, même si dès 2 ou 3 ans une potentielle transidentité peut être observée chez l’enfant, elle ne se confirmera à l’adolescence que pour un peu plus de 20% d’entre eux. Les autres /adfinirons pas rejeter ce sentiment de mal-être et apprendront à aimer le corps qui leur a été offert à la naissance. En résumé : non, la transidentité n’est pas une mode, oui, votre enfant peut changer d’avis quel que soit son âge !

Enfant transgenre : peut-être n’est-ce qu’une phase ?

Personne d’autre que votre enfant ne peut savoir comment il se sent. Même s’il serait pratique de pouvoir rentrer dans sa tête pour y voir plus clair, ce n’est malheureusement pas possible ! Si votre enfant vous a annoncé être transgenre, bien des questions doivent vous envahir l’esprit. Parmi celles-ci, la plus courante est sans doute : “Mon enfant/ado se sent transgenre, mais ce n’est qu’une phase… hein ?”.

Au risque de vous décevoir, la seule façon d’en avoir le cœur net et de laisser le temps passer… mais dans tous les cas, partez du principe que ce n’est pas une phase, pour pouvoir vous préparer au mieux au futur sans tomber dans un déni total de la transidentité. Le cas échéant, votre enfant risque de se sentir rejeté par sa propre famille.


Partez du principe que ce n’est pas une phase, pour pouvoir vous préparer au mieux au futur au cas où

Sachez que le taux de personnes transgenres dépressives ou suicidaires est bien plus élevé que chez les personnes non trans. En cause, souvent : le jugement de l’entourage et le rejet… Ne faites donc pas subir votre rejet à votre enfant, même si vous n’êtes pas ravi(e) de son choix. Votre rôle en tant que parent n’est pas de feindre votre enthousiasme, mais de l’accompagner dans son parcours, même s’il n’est pas ce que vous attendiez qu’il soit. Si après tout, c’est comme ça que votre enfant se sent heureux/se, pourquoi ne pas lui laisser la chance d’essayer ? S’il s’avère qu’au final il/elle change d’avis plus tard (oui, ça arrive), vous serez là aussi pour sa “détransition” !

Enfant transgenre : comment accepter ? L’importance de ne pas rejeter la transidentité

La transidentité (= le fait d’être transgenre) est souvent perçue de manière très négative par les parents et la famille, un petit peu comme peut l’être l’homosexualité dans certaines situations. Pourtant, on peut tout à fait être transgenre et heureux, j’en suis la preuve !

La chose la plus difficile à gérer reste souvent le regard des autres, mais une fois passé ce cap, il est possible de retrouver goût au bonheur et à la vie. On vous parle souvent sur internet des familles qui rejettent leur enfant transsexuel, le délaissent, l’abandonnent. Ce sont des choses qui existent, et qui sont absolument atroces.

En revanche, ce qu’il faut aussi mettre en avant, ce sont toutes ces familles qui ont décidé d’accompagner, d’aider et de donner de l’amour à leur enfant trans. Car oui, nous n’en parlons peut-être pas suffisamment. Une fois passé la stupeur, une fois compris qu’être transgenre n’est pas une mode ni une phase mais un vrai mal-être, de nombreux parents décident d’aider leurs enfants et de continuer à les aimer malgré cette différence.

Essayez d’en faire une force pour votre famille

Que ce soit en les protégeant du regard des autres, en les soutenant psychologiquement durant la potentielle cure hormonale et les potentielles opérations chirurgicales, ou tout simplement en continuant de les aimer comme au premier jour, vous ferez de cette transidentité une force. Alors que certain(e)s la perçoivent comme un drame, une honte, une faiblesse, vous réaliserez de votre côté qu’elle est finalement peut-être la meilleure chose qui ait pu vous arriver afin que votre famille soit aujourd’hui plus forte que jamais.

Plus de ressources pour les parents d’enfants transgenres

Ce qu’il faut retenir de cet article, c’est que la transidentité n’est pas une mode, loin de là. En revanche, il est tout à fait normal que vous vous posiez la question au départ, il n’y a aucune honte à cela. Parfois perçue comme un drame, cette transidentité chez votre enfant vous permettra finalement de rendre votre famille encore plus forte et soudée que jamais. Même si cela n’est pas toujours facile, soyez plus forts que le regard des gens et aimez votre enfant avant tout le reste, que ce soit un garçon ou une fille. Pour aller plus loin, découvrez notre dossier à l’attention des parents d’enfants trans’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *